L'amour triomphe de tout

L'amour triomphe de tout

Deviens ce que tu es
Qui Je Suis

Omnia vincit amor : l'amour triomphe de tout

 
Omnia vincit amor

Éveil. " Celui qui regarde à l'extérieur rêve, celui qui regarde à l'intérieur, s'éveille." Carl Gustav Jung

En écrivant ces lignes, je me remémore ma première expérience avec la mort.

J’étais alors une petite fille de six ou sept ans. Je me promenais dans le grand jardin de la propriété de mes grands-parents en Bretagne quand soudainement j'aperçu un peu plus loin, une forme qui se détachait du bord du chemin. J'ai alors ressenti un vif pincement au cœur quand j'ai compris que c'était le corps d'un oiseau qui se trouvait là. Je me suis avancée lentement puis je me suis arrêtée pour observer. Je me suis accroupie.  C’est une palombe  pensais-je alors. Son plumage mélangeait le beige crème et le gris-bleu. 

 Elle a dû entendre les pigeons de papi dans le pigeonnier et se poser ici pour trouver refuge.  me disais-je.

Je me souviens de mes gestes. Oui. Je me souviens d’avoir creusé un trou peu profond en prenant soin d’en tapisser religieusement le fond avec les pétales de roses qui fleurissaient notre jardin … Pompons oranges, rouges et roses, éclatants, partout à profusion !

Avec grande douceur et précaution, j’y ai déposé le bel oiseau trouvé sans vie.

Parce que l’idée que le corps inerte de cet oiseau reste ainsi à « l’air libre » me déplaisait … pensée un peu dérangeante à vrai dire mais très rationnelle pour l'enfant hypersensible que j’étais. Probablement que mon instinct m'invitait simplement à perpétuer le rituel existant depuis que l’Homme est homme et qui fait que l’homme est Homme ! C’est-à-dire d’enterrer et d’honorer ses morts par respect, compassion et amour. 

Ma vie d’adolescente puis de jeune femme adulte a été jalonnée de nombreux deuils, ce qui m’a sûrement prédisposée à l’introspection. Je me suis très vite tournée vers mon intériorité, point de départ de tout cheminement spirituel.

 

L'amour triomphe de tout. " Omnia vincit amor et nos cedamus amori. " Virgile, Les Bucoliques

Pratiquant la méditation zen et m’exerçant quelques temps aux arts martiaux, j’ai passé de longues années que je qualifierais de « méditatives ». Comment trouver des réponses à l’énigme première, celle que constituent la vie et la mort, comment trouver une explication à l’inexplicable : « Pourquoi doit-on mourir ? Pour qui, pour quoi tout doit-il périr ? Pourquoi tout doit-il finir ? Pourquoi être en vie si c’est pour mourir ? Cela n’a pas de sens.  » me disais-je.  « Maman, moi, je veux être éternelle », avouais-je à ma mère le soir avant de m’endormir.

Eternels. Nous le sommes tous, en vérité. Parce que Dieu est Amour et que l’amour triomphe de tout, même de la mort.

Notre âme est à l’image de son créateur, c’est-à-dire qu’elle est Alpha et Omega, sans début ni fin. Elle a été créée par amour, pour l’amour et elle vit de toute éternité. Elle est. En d'autres termes, elle existe en dehors de toute notion de temps et d’espace. La Bible nous dit d’ailleurs : « En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, moi, Je Suis. » (Jean, 8:58.)

J’ai compris que nous ne sommes pas des corps physiques qui vivons une expérience spirituelle. En réalité, nous sommes des âmes qui vivons une expérience physique, incarnées ici sur Terre dans le but d’apprendre, de grandir spirituellement, de se souvenir de La Source et de repartir.

Omnia vincit amor